Fernando González Ochoa – 29/11/2019

La séance présentée par Federico Ardila a eu lieu le vendredi 29 novembre entre 15h et 17h en salle 430 (site de Censier, 13 rue de Santeuil). L’enregistrement de la séance est disponible ici.

L’écrivain et philosophe colombien Fernando Gonzalez Ochoa (1895 – 1964) place l’identité colombienne au carrefour embouteillé où le conquistador espagnol, l’indigène asservi et l’esclave afro-descendant ont convergé pour donner naissance à ce qu’il appelle l’homme sudaméricain. Cette rencontre, qu’il qualifie de « raciale et culturelle », est à l’origine d’une série de complexes qui font du « Sudaméricain » un être ambivalent. Il éprouve d’une part un complexe d’infériorité vis-à-vis de l’Européen, qui l’oblige à bricoler son caractère propre, ses mœurs, ses traditions et ses habitudes depuis une posture d’imitation, mais il tire d’autre part de la confluence de cette diversité humaine une expression originale sans précédent qui apporte quelque chose de neuf au patrimoine commun de l’humanité.

Nous nous intéresserons particulièrement à l’un de ses livres au titre provocateur, Los Negroides – Ensayo sobre la Gran Colombia, et essaierons de suivre la pensée de cet auteur pour expliquer ce qu’il comprend par « rastaquouérisme » et encore par « complexe de fils de pute », des traits caractéristiques dont le « Sudaméricain » devrait se débarrasser pour trouver l’expression authentique de son identité. Je vous propose de lire et de mettre en discussion le chapitre VI et extraits divers (ma traduction pour cette séance de Penser d’ailleurs)

Vous pourrez trouver Los Negroides dans sa version originale espagnole sous le lien suivant:

https://www.otraparte.org/fernando-gonzalez/ideas/1936-negroides.html

L’œuvre de Fernando Gonzalez Ochoa se trouve intégralement (en espagnol) sous le lien suivant :

https://www.otraparte.org/fernando-gonzalez/ideas/index.html

Atelier de lecture théorique