Gloria Anzaldúa – 7/12/2018

Présentée par Émeline Baudet

Gloria Anzaldúa (1942-2004) est une figure majeure du féminisme (et, plus largement, des mouvements LGBT et queer) d’origine chicana. Mélangeant les langues (espagnol,anglais, nahuatl…) et les styles (poésie, essai, narration) dans ses textes, elle élabore une théorie plurielle de la frontière. Avec un f minuscule, elle désigne la frontière géopolitique qui sépare le Mexique du Texas ; mais avec un F majuscule, elle désigne tous les types de séparation et de démarcation qui scindent une identité singulière et collective : les questions de genre, de sexualité, de métissage culturel et d’appropriation des objets de lutte par une personne elle-même divisée entre toutes ses identités ouvrent ainsi bientôt vers une réflexion épistémologique sur le lieu d’où peut s’énoncer une telle critique des frontières.

La réflexion de Gloria Anzaldua évolue au fil de ses textes ; elle commence par un point de vue radical, tel qu’exprimé dans l’anthologie This Bridge called my back ou Borderlands/LaFrontera qui font de la frontière un seuil infranchissable et nécessaire,  et se prolonge vers une vision plus nuancée de l’identité culturelle et des ponts (bridges ou nepantleras) qui peuvent s’ériger entre toutes ces manifestations de l’identité. Sa conception enfin du Mundo Zurdo, « the left-handed world », pourrait apparaître comme une solution de dépassement de ce clivage entre assignation extérieure (sociale, familiale) et recherche intérieure d’une identité singulière,dans la mesure où c’est au sein d’une communauté que se réalise, in fine, l’individu, et dans le partage d’une ontologie relationnelle. Ce dernier thème retrouve ainsi une singulière actualité dans les réflexions contemporaines au sujet des politiques de la relationalité.

Pour commencer :

« La Prieta », pour découvrir l’univers culturel, social et identitaire de Gloria ; cet essai fait partie de l’anthologie féministe « This Bridge called my back » publié en 1981, précurseur de futures démarches intersectionnelles. Dans cet essai, Gloria met en œuvre une « autohistoria » qui part de données autobiographiques pour écrire l’histoire de tout un peuple.

A comparer avec « La herencia de Coatlicue » (chapitre de son ouvrage le plus célèbre : Borderlands, La Frontera), autre essai qui mêle données autobiographiques avec points de vue plus spéculatifs et réflexifs sur la condition de femme et de métisse, sur fond de croyances mexicaines traditionnelles.

 Interlude : les « Illustrations » par Gloria elle-même de ses concepts les plus célèbres

Poursuivre avec :

 « La Conscienciade la mestiza » (surtout p. 77-82), nouvel extrait de Borderlands,  où est décrite sa conception de la mestizaculturelle et identitaire. En français ici.

 La préface de Thisbridge we call home, intitulée “(Un)natural bridges, (Un)safe spaces”, oùs’énonce sa conception du “nepantla”, terme Nahuatl qui désigne un espace intermédiaire,liminaire, où règnent l’instabilité et le déplacement perpétuel. Le nepantla prolonge et précise sa conception de l’espace frontalier tel que défini dans Borderlands, en l’ouvrant à des dimensions spirituelles et psychiques.

 Pour comprendre la relation profonde qu’a toujours entretenu Gloria avec le monde de l’art, voir ses réflexions : « BorderArte »  à la suite d‘une exposition sur les Aztèques, dans lesquelles le nepantla est de nouveau décrit et travaillé.

Pour compléter :

« Speaking in Tongues », Lettre aux femmes du Tiers-Monde, dans laquelle Gloria expose sa vision du féminisme depuis sa situation Chicana (entre autres). Texte  incontournable aussi,extrait de This Bridge called my back

 « Speaking across the Divide », retranscription de longs échanges avec son amie Inès Hernandez-Avila, très utiles pour comprendre sa relation à l’indigénéité et sa conception de l’art comme expérience du soin , comme travail de guérison (« Coyolxauhqui imperative »).  

Atelier de lecture théorique