Sara Ahmed – 18/01/2019

La séance sera présentée par Nicole Fischer.

Sara Ahmed ( née en 1969) est une chercheuse australo-britannique qui travaille à la croisée des études féministes, LGBT et des études raciales. Dans Strange Encounters, paru en 2000 chez Routledge, Ahmed déconstruit le fétichisme (fetishisation) de l’étranger qui, selon elle, est un instrument des sociétés occidentales pour créer une image de soi propice à la domination. La construction de la figure de l’étranger comme matérialisation de la strangeness (qui est à distinguer d’otherness) marque une différence ontologique entre le sujet occidental et l’étranger qui crée une asymétrie dans les relations de pouvoir. Les rencontres du sujet occidental avec l’étranger sont encadrées par des antagonismes universels ou métonymiques, dont fait partie la matérialisation (embodiment) de l’autre comme sujet postcolonial.

Ahmed en conclut que la relation entre un sujet occidental et un étranger lors d’une rencontre est prédéterminée.

Pour commencer :

Dans l’introduction de Strange Encounters Ahmed organise et circonscrit son projet de recherche à partir des réflexions postcoloniales, sur la théorie culturelle et du genre. 

Dans le chapitre II, Ahmed développe l’idée que la strangeness, donc le fait d’être étranger, se matérialise sur et par le corps de l’étranger. Comme dans le cas de la critique féministe, l’idée de départ de sa réflexion porte sur l’objectivation du corps.  L’étranger, selon Ahmed, n’est pas un sujet que l’on ne connaît simplement pas, mais que l’on reconnaît comme étranger. Ce qui est étrange et aussi ce qui est familier sont alors des catégories de savoir dans la création et la conservation d’une communauté comme Ahmed l’illustre dans le chapitre III.

Le chapitre ‘Multiculturalism and the proximity of strangers’ interroge la notion de la communauté sur un niveau national et s’intéresse aux possibilités d’incorporer l’étranger ou son étrangeté au moyen du multiculturalisme.

Pour compléter

Pour compléter la lecture je propose le  chapitre I. Dans ce chapitre, Ahmed démontre des processus d’inclusion et d’exclusion comme force motrice pour la constitution d’une communauté à l’exemple du voisinage. Ici, elle opère avec des concepts de mouvement et d’appartenance à partir desquelles l’étranger devient la matérialisation d’un sujet hors de son espace.

 

Bibliographie 

Ahmed, Sara, Strange Encounters: Embodied Others in Post-Coloniality. New York, Routledge, 2000.

Atelier de lecture théorique