Silvia Federici – 8 février 2019

8 février 2019 , 15h, salle 430, Censier

Séance présentée par Elara Bertho et Myriam Suchet

Silvia Federici, Caliban et la Sorcière. Femmes, corps et accumulation primitive. Genève, Entremonde, Senonevero, [2004] 2014, 2017. 

Féministe radicale, Silvia Federici est professeur émérite de l’université Hofstra, à New-York, après avoir enseigné à Port Harcourt au Nigéria. Collaboratrice de Leopoldina Fortunati, elle rédige avec elle en 1984 une première version du Caliban consacrée à la chasse aux sorcières (Il Grande Calibano, 1984).  

La thèse majeure de Silvia Federici est que la transition entre féodalisme et capitalisme s’est effectuée par l’exploitation du corps des femmes, en transformant notamment l’utérus en machine non plus de reproduction mais de production de l’accumulation de travail. Elle entend donc opérer une lecture féministe de Marx, en proposant comme source de l’activité capitaliste le travail non rémunéré des femmes au foyer et le contrôle de leur procréation. En ce sens, prolongeant Foucault, la « disciplinarisation » du corps par excellence ne serait pas la folie mais bel et bien la contrainte imposée aux femmes d’enfanter des travailleurs.

Voici quelques textes que nous lirons ensemble : 

Introduction (partie 1) p. 11-30

Introduction (partie 2)

 La chasse aux sorcières (p. 265-275)

 

 

Quelques pistes autour de la réception

Le Caliban et la sorcière de Silvia Federici a suscité de nombreuses réactions contradictoires. Pour des réactions enthousiastes de féministes, voir :

De nombreux historiens, en revanche, ont pris position contre cet ouvrage, jugé peu scientifique. Voir en particulier ce long article en deux parties : 

Autour des sorcières

Atelier de lecture théorique